La promotion du Karaté féminin, une réalité au sein de la FEBUKA

Dans le cadre de la journée internationale dédiée à la femme, la commission Femme de la Fédération Burundaise de Karaté a organisé une activité, le 10 Mars 2019 au Dojo national de judo, qui a mis les filles sont à l’honneur.

Une soixantaine de Karatekas se sont donné rendez-vous au Dojo national du Judo. Au menu, des entraînements d’ensemble et des démonstrations techniques de cette discipline des arts martiaux en Kata et en tactiques de combats dit Koumité. Cette nouvelle activité initiée par les femmes qui pratiquent le Karaté a vu la participation des enfants et des filles dont l’effectif est en nette croissance puisqu’elles ont aligné près d’une quarantaine. Accompagnés de leurs parents venus assister au spectacle de cette célébration, les responsables de la Febuka ainsi qu’une représentante du Comité National Olympique (CNO), un véritable Show de 3 heures s’est littéralement produit pour le plaisir des yeux. « Je suis très fière que ma mère ait pu venir nous assister et nous nous sentons soutenues et encouragées », s’est enchantée une des filles du Zanshin Club de Bujumbura.

Mlle Ornella Bukeyeneza, présidente de la commission qui a initié cette activité se souvient du peu de filles qui pratiquaient à ses débuts et ne cache pas sa fierté de les voir augmenter parmi les clubs de la capitale. La satisfaction est totale pour Mme Circoncilie Nahimana de la commission Femme et Sports au sein du CNO qui a félicité les organisatrices de cette célébration. Elle a suggéré aux femmes Karatekas d’élaborer un plan d’action qui pourra être soutenu dans le but d’encourager les pratiquantes de cette discipline sportive.

Prenant la parole pour le compte des parents, Mme Candide Mukerabashitsi, épouse du Sensei Kazwite Pascal, salue l’initiative de l’organisation de cette activité. Mère de trois filles qui s’exercent au Karaté, elle témoigne des bienfaits de la pratique de cette discipline. « Une de mes filles poursuit ses études à l’étranger grâce aux exploits qu’elle réalise en Karaté et les vertus qu’il inculque à mes enfants ne font que compléter la bonne éducation familiale », explique-telle. Et d’inviter les parents à encourager leurs enfants à s’entraîner davantage dans cette discipline qui les permettra de s’épanouir en se forgeant une bonne personnalité.

Un bel avenir pour le Karaté féminin

Le thème choisi pour cette édition, précise Ornella Bukeyeneza, est « Le savoir faire des femmes au service de lutte contre les violences ». « Nous avons voulu montrer au public que contrairement à ce que les gens pensent sur le Karaté comme un sport brutal réservé exclusivement aux garçons, il y a des filles qui le pratiquent d’une manière non violente », explique-t-elle. Par rapport au passée, Mlle Bukeyeneza trouve un bel avenir parce que de nombreuses petites filles intègrent différents clubs, ce qui n’était pas le cas aux années antérieures. Le travail de sa commission consiste à sensibiliser les parents pour qu’ils encouragent leurs filles à pratiquer le Karaté ce qui est une réussite vu le nombre de jeunes participantes. A travers les séances qui ont été organisées pour cette journée, les enfants ont montré un bon niveau et dans un l’avenir on pourra disposer de jeunes champions sur le plan régional et continental.

Une initiative à encourager

Christophe Nkurunziza, président de la FEBUKA promet du soutien à la promotion du Karaté féminin au Burundi. Initié depuis 2017 au sein de la Febuka, la commission pour la promotion du Karaté féminin a déjà proposé plusieurs activités pour 2019 et les dirigeants de la fédération comptent les y encourager. Partant de la réussite des démonstrations de cette journée, le président de la FEBUKA a confié cette commission l’organisation du 6 Avril, journée internationale du Sport pour la Paix en collaboration avec tous les clubs du Karaté. Elle a promis la participation équitable des filles et garçons aux compétitions internationales. « En 2017, Mlle Jinnah Perec Kaze a rendu honneur à notre patrie en devenant 5e au niveau africain et sur le plan continental, le Burundi occupe la 6e place sur les 48 fédérations membres », s’enchante Christophe Nkurunziza.

Afin de clôturer en beauté cette journée, les participants ont poursuivi les échanges à la réception offerte par Jean Bosco Ndayishimiye, un ami de la Febuka et parent de jeunes Karatekas. La présidente de la commission Femme et Karaté lui remercie et sollicite son soutien pour la suite de ses activités.

Thierry Niyungeko

Photo : Après les démonstrations de cette journée, photo de famille des Karatekas et amis qui ont répondu à ce rendez-vous sportif.